UN HAVRE DE PAIX

Un film de Yona Rosenkier
Nationalité : Israël
Sortie le 12 juin 2019

Trois frères se retrouvent dans le kibboutz de leur enfance à l’occasion du décès de leur père. Alors qu’un nouveau conflit éclate à la Frontière avec la Libye et Avishaï, le plus jeune des trois, doit partir sur les lieux. Il se retrouve entre deux frères qui ne sont pas du tout du même avis quant à l’avenir militaire du plus jeune. 

Alors qu’il est plein de motivations pour partir sur les lieux de ce conflit, Avishaï se retrouve donc entre un grand frère qui est à fond. Anciennement militaire lui même, il s’est manifestement épanouit dans cette vie. Maintenant, il est heureux de voir que le flambeau semble être repris par son petit frère. 
De l’autre côté, le frère cadet n’est pas du tout de cet avis. Militaire lui même pendant un temps, il a arrêté cette carrière, ne supportant plus la guerre, les armes et les conflits. Il tente donc de dissuader Avishaï de partir.  

Ce kibboutz était pour eux le havre de paix de leur enfance, le titre est plutôt contradictoire avec la réalité de la vie des personnages, même si, leur kibboutz est plutôt « en paix » par rapport à l’extérieur. Yona Rosenkier se base d’ailleurs sur l’endroit où il a vécu étant enfant, dans l’atmosphère qu’il a connue, ce qui rend le film très personnel. Il nous montre ce qu’il a vécu. La guerre en quasi permanence, quelques répits dont on ne connait pas la durée, les sirènes d’alarmes, les bombardements … Des situations qui sont normales pour eux et leur entourage. 

Il y a conflit dans cette fratrie comme dans leur pays. On ressent beaucoup de violence dans ce film, entre les trois frères. Normal lorsqu’on est immergé dans un pays en guerre. Bombardements sont réguliers. Pas de tranquillité… dans ce havre de paix … 

 

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *