JE M’APPELLE ERIK SATIE … COMME TOUT LE MONDE

Une pièce de Laëtitia Gonzalbes 
Actuellement au Théâtre de la Contrescarpe

Dans un hôpital psychiatrique du Calvados, alors qu’une jeune infirmière s’affaire avec les dossiers de ses patients, un homme entre. Chapeau, moustache, binocle de travers et parapluie, l’homme se présente sous le nom d’Erik Satie, comme tout le monde

 

photo Fabienne Rappeneau, tous droits réservés.

Un échange commence entre l’homme et son infirmière. Ils ne se comprennent pas vraiment, et pourtant on sent que quelque chose se crée entre eux. Mais on ne sait pas encore quoi. Mais surtout, le saura-t-on ? 

Ce qu’on peut dire pour le moins, c’est qu’Erik Satie est certainement le plus mystérieux compositeur qui ait existé. Il n’est donc pas étonnant que Laëtitia Gonzalbes nous propose une pièce qui est un patchwork des périodes de sa vie, au moyen d’une mise en scène graphique et musicale. 

La pièce commence par un fond dessiné, mouvant. Des écrits et paroles qui nous suivront jusqu’à la fin de la pièce, s’écrivant et s’effaçant au rythme musical de sa vie racontée. La pièce ouvre le rideau sur sa vie de compositeur mais également privée. La perte de sa maman à 6 ans, sa relation avec Suzanne Valadon … sa jeune infirmière quant à elle prend le rôle de sa muse, de sa fille, de sa femme …

On puisera également dans le fond de ses angoisses et phobies, sur sa peur de perdre son parapluie … Le spectateur en vient à se demander si on a vraiment face à Erik Satie, ou à un fou qui se prend pour lui … 

Un spectacle tout en poésie à l’image de l’homme, où l’on passe du rire aux larmes en quelques répliques. 

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *