AUDREY, LE JOURNAL D’UNE CONVERTIE

Une pièce de Hakim Djaziri
Actuellement au Théâtre libre

Audrey, c’est l’histoire d’une enfant, qui, à l’aube de sa vie d’adulte, part combattre au nom de l’Islam. Certains diraient : « une énième histoire sur une gamine qui se laisse embarquer … », ou encore « oui, on sait comment ça se passe, la jeune fille qui se laisse embrigader, le scénario est toujours le même dans ce type d’histoires » … Mais Audrey, c’est une histoire vraie. Et finalement, c’est toujours la même histoire.

Audrey a tout pour être heureuse dans la vie. Elle a une maman qui l’aime, des frères et soeurs qui l’adorent … Et ses frères et soeurs sont des enfants placés chez sa mère qui est « famille d’accueil ». C’est une fête tous les jours entre eux tous. Passionnée de danse, elle se destinait à devenir danseuse professionnelle …

Sauf que tout n’est quand même pas tout rose chez Audrey. Son beau père boit, et tous les problèmes qui peuvent s’ensuivre. Sauf qu’un jour, il se passe quelque chose qui va la renfermer sur elle même. Et de cet événement découlera d’autres choses, notamment le retrait de l’agrément de famille d’accueil …

La vie suit son (triste) court, elle arrive à la fac. Elle se fait aborder sur internet par une jeune fille qui lui promet monts et merveilles en Syrie. Elle part.

On se retrouve spectateur impuissant devant cette jeune fille sans aucune prédisposition à ce qui lui arrive, qui part faire la guerre au nom de l’Islam radical .. L’ambiance est lourde, sur la scène, et même dans la salle. J’entends les spectateurs autour de moi s’exclamer avec des « oh non … » à chaque fois qu’une scène démontre clairement que les étapes avancent dans la radicalisation d’Audrey.

Une pièce à voir absolument, même si on connait le sujet. Parce qu’il n’est pas inutile de rappeler que ces histoires sont vraies, et que, malgré tout, cela arrive encore aujourd’hui.

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *