UN FIL A LA PATTE

Une pièce de Georges Feydeau adaptée par Christophe LIDON
Au Théâtre Montparnasse

Fernand de Bois d’Enghein, censé rompre avec Lucette, succombe une dernière fois à ses charmes. Cette dernière ne comprend donc pas du tout le message ! Mais il lui faut faire vite car il se marie le soir même …

 

Le Paris insouciant des années 50

Pour cette adaptation, on se retrouve plongés dans les années 50, où les nuits sont tapissées de cabarets et de french-cancan. Lucette Gautier est chanteuse de cabaret, une vraie petite starlette.. La première scène nous met directement dans l’ambiance : Lucette en train de chanter et danser en tenue de scène sur un piano, dans un Paris à paillettes.

Le vaudeville indémodable

Cette pièce magistrale de Feydeau n’est plus à présenter. De nombreuses fois adaptée, elle ravit à chaque fois le spectateur. Il faut dire qu’elle regroupe tous les ingrédients du vrai vaudeville : des situations rocambolesques, des personnages naïfs et crédules, des amants dans les placards, des amoureux éperdus, des futures belles-mères envahissantes … 

Cette savante maîtrise du genre en fait une oeuvre indémodable. Christophe Lidon, en l’occurrence, ne s’impressionne pas de l’oeuvre. Il la maîtrise parfaitement en faisant ressortir la justesse des situations et des personnages.

Notons la présence absolument fabuleuse de Catherine Jacob dans le rôle de la future belle-mère de Bois d’Enghein, totalement sous le charme de son futur gendre.

Encore une belle adaptation pour ce texte de Feydeau qui ne se démode pas. Une fraîcheur insufflée par de très bons acteurs et l’âme d’une pièce majeure mise en avant avec naturel.  

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *