THE CHARMER

Un film de Milad Alami
Nationalité : danois
Sortie le 25 juillet 2018

Esmail, d’origine iranienne, vit et travaille au Danemark. Sa situation n’est plus en règle et pour rester il passe ses soirées dans les bars chics de la ville pour trouver une femme qui lui permettra de renouveler son visa. Il rencontre Sara, une jeune iranienne issue d’une famille bourgeoise, et bien intégrée au Danemark. Il croise également la route d’un homme mystérieux. 

L’espoir d’une vie meilleure avant tout

Pour ce premier long métrage, Milad Alami se défend d’être identifié, ou identifiable au personnage principal. Lui-même né en Iran, arrivé en Suède à l’âge de 6 ans, vit désormais au Danemark. Son protagoniste, Esmail, lui, arrive au Danemark dans le but de changer de vie. L’objectif est le même pour tous les migrants : trouver une vie meilleure, une vie qui leur correspondra mieux, une vie qui les rendra heureux. Pour Esmail, ça n’est pas si simple que ça, dans sa situation personnelle, que l’on comprend véritablement en toute fin de film. Il choisit donc une méthode particulière : trouver une femme, danoise, bien sûr, qui deviendra sa concubine et avec qui il pourra signer certains papiers. Il fait donc, tous les soirs, la tournée des bars chics à la recherche de celle qui lui ouvrira la porte d’une vie qu’il pensait pouvoir choisir.

Un étranger en pays étranger : quand la réalité reprend ses droits  

Ce film met surtout en évidence la difficulté de conserver son identité dans cette situation. Il doit bien sûr changer de nom, se recréer un passé. Il ne doit plus être lui. Difficile de ne pas s’y perdre … Et quand il rencontre Sara, une jeune et belle iranienne, qu’il finit par fréquenter, qu’il finit par aimer et frôler le mariage, il prend conscience du chemin qu’il a parcouru et surtout, du but qu’il se fixait et qu’il ne pourra pas atteindre. Il est confronté également à ses propres origines, qui ressurgissent en se mêlant avec cette famille, comme un îlot perse, perdu au milieu de ce pays étranger qu’il tente de conquérir, mais qui le ramène à ses propres racines.
Et il y a cet homme qui l’observe, le suit …

Tout le film repose sur la difficulté d’être un étranger dans un pays étranger. Un pays qu’on doit aborder avec un oeil neuf, mais aussi avec des procédures strictes qui ne sont pas toujours possibles. Au final, où se trouve véritablement le bonheur ? Dans un endroit qu’on choisit et qu’on veut conquérir coûte que coûte, ou là où nos proches nous attendent dans une crainte mêlée d’espoir …?

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *