LES VIEUX FOURNEAUX

Un film de Christophe Duthuron
Nationalité : française
Sortie le 22 août 2018

Pierrot, Mimile et Antoine, 70 ans passés, se retrouvent à l’occasion des funérailles de Lucette, la femme d’Antoine. La vie a éloigné les trois compères, mais ils sont toujours restés amis. Lors d’un passage chez le notaire pour des questions de succession, Antoine prend connaissance d’une lettre que sa femme ne voulait pas qu’il lise avant son décès. Désespéré par ce qu’il vient de découvrir, il part à bride abattue en Italie retrouver son ancien patron … suivi par ses amis et sa petite-fille, enceinte de 7 mois !

 

Trois fortes têtes réunies dans une adaptation de la bande dessinée de Lupano et Cauuet

Réunir trois piliers de la scène française dans un seul film, c’est assez exceptionnel. Mais créer un équilibre entre ces trois fortes personnalités, est une totale réussite. Il faut dire que les trois personnages ont leur propre caractère, et sont particulièrement bien campés par Eddy Mitchell, Pierre Richard et Roland Giraud. Mais attention, tout n’est pas basé sur le comique ! Si l’une des premières scènes semblait un peu forcée avec la course effrénée de Pierre Richard en voiture semblait un peu exagérée (mais totalement raccord avec la bande dessinée dont le film est adapté) l’ensemble du film est un très bon équilibre entre rire et émotion.

L’adaptation cinématographique est très fidèle à la bande dessinée de Lupano et Cauuet, même s’il a fallu adapter aussi les acteurs physiquement (blanchir un peu Rolland Giraud par exemple). Les dessins soignés sont parfaitement mis en scène ainsi que les textes incisifs qui correspondent très bien à chacun des personnages. On notera la présence d’Alice Pol en future maman partant à l’aventure avec ce groupe de vieux fourneaux. Sa présence insère un peu de fraîcheur au milieu du casting. Finalement, c’est elle qui est le vrai lien entre tous les personnages et de l’histoire globalement.

Un contexte historique très présent

Au delà des gags entre vieux râleurs, il ne faut pas perdre de vue les événements historiques dont il est question dans les souvenirs que racontent les trois amis. Une maîtrise parfaite des fondus enchaînés nous font passer du présent au passé et du passé au présent. En 1936, sous le gouvernement du Front Populaire, la semaine de travail passe de 48 à 40h. Mimile, Pierrot, Antoine et sa femme Lucette travaillent alors, comme la plupart des gens, dans la grande usine implantée dans les alentours de leur village. Ils en partiront chacun au moment opportun en fonction de leur propre vie, sauf Antoine qui y restera 40 ans, en luttant inlassablement dans les groupuscules syndicalistes. Mimile quant à lui partira de leur Tarn natal pour fuir un amour qui était impossible … qui refera surface lors de leurs retrouvailles.

Ce film, présenté comme un film comique est finalement bien plus que ça. Les amours déchues et déçues, perdues et retrouvées, les regrets, le contexte historique, lui donnent une profondeur très nostalgique. Le talent des comédiens, qui n’est plus à démontrer, fait ressortir avec justesse l’émotion dont sont submergés les personnages chacun à leur tour  et en fonction de leur histoire propre.

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *