C’EST QUI CETTE FILLE?

Un film de Nathan Silver
Nationalité : français, américain
Sortie le 25 juillet

 

Les premières scènes lèvent le voile sur un fait : les personnages n’ont pas une vie facile. C’est notamment le cas pour Gina, qui est le personnage qui nous fait entrer dans le film, après avoir vécu un terrible événement, qui nous est raconté en voix off : la perte de son compagnon dans de terribles circonstances. La reconstruction de cette jeune femme est en cours, et ne va pas être des meilleures, mais c’est la sienne.

L’(anti-)comédie romantique

Quelle histoire romantique que celle de la rencontre entre Gina et Jérôme ! Elle est américaine, il est français. Elle vit dans les airs, il vit la nuit dans le club où il travaille. Il se débrouille un peu avec l’anglais, elle avec le français. Le charme parisien opère, la timidité américaine fait son effet. Ils tombent dans les bras l’un de l’autre à la fin d’une soirée, elle l’emmène avec lui dans la chambre d’hôtel qui lui est réservée pour son escale puisqu’elle est hôtesse de l’air … Malheureusement elle doit repartir, elle lui promet de revenir.

Le mois suivant, elle revient effectivement, mais Jérôme a repris ses esprits … La relation à distance, ça n’est pas pour lui et puis il espère retrouver Clémence, son ex copine. Cependant, Gina ne l’entend pas ainsi … Est-ce qu’elle ne comprend pas (finalement, la barrière de la langue est là) ou est-ce qu’elle ne veut pas comprendre ?

Le jeu des acteurs est parfait. Ils sont incisifs, spontanés, vrais. Et pour cause, ils sont principalement improvisés. Comme le dira Nathan Silver, concernant Damien Bonnard et Esther Garrel, ils ont le talent de pousser une scène au plus loin et d’en ressortir le dramatique en quelques répliques.

L’amour et la folie : deux états tellement proches …

Le spectateur a un mal fou à se positionner. Du côté de Gina, c’est un amour pur, sincère, beau. Du côté de Jérôme, c’est un enfer. Il a été faible en se laissant entraîner avec elle, et maintenant, il ne peut plus s’en défaire et va vite le regretter. Tout au long du film, on passe de l’un à l’autre, en espérant que chacun réussisse à arriver à ses fins, sans blesser l’autre … et plus Jérôme est désagréable, et plus on se dit qu’il y a quelque chose chez Gina qui occulte la véritable situation … Est-ce l’amour inconditionnel ? Ou est-ce simplement la folie ? La véritable folie qui, en toute conscience, pousse une personne à manipuler l’autre, manigancer et calculer pour arriver à ses fins ?

On sort de la salle un peu tourneboulé des scènes finales. Et on se demande, finalement, est-ce que ce sont les événements que Gina a vécu au début du film, qui font qu’elle sombre tout doucement dans la folie, ou est-ce un état permanent ?

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *