LES CONFINS DU MONDE

Film de Guillaume Nicloux
Nationalité : français
Sortie le 5 décembre 2018

Pendant la guerre d’Indochine, en 1945, Tassen survit à une attaque qui aura valu la mort de son frère. Il rejoint un régiment, après avoir été remis sur pied grâce à une famille vivant isolée, et n’a qu’une idée en tête, se venger de celui qui, pour lui, est responsable de ce massacre.

Au delà du sujet particulièrement difficile à traiter qu’est la guerre en général, Guillaume Nicloux nous emmène en Indochine et nous fait suivre un épisode de la vie d’un jeune militaire français. Le film, qui aurait pu rester factuel sur ce sujet devient une oeuvre où les sentiments des personnages, leur ressenti et leur expérience deviennent centraux et nous fait presque oublier le fait qu’il s’agit d’une histoire de guerre. Le jeune Tassen lutte, jusqu’au dernier moment du film, pour se venger du responsable de la perte de son frère et pour cela il est prêt à tout.

Il croisera plusieurs personnages qui l’aideront à avancer dans sa quête, surtout la quête de lui même. Il rencontre la belle indochinoise, qui malgré son métier de prostituée, lui apportera la tendresse qui l’aidera à tenir le coup. Il rencontre aussi Saintonge, sous les traits de Gérard Depardieu, qui est un personnage qui surgit deux ou trois fois seulement dans le film et dont le rôle semble être celui d’un observateur extérieur, d’un calme olympien, qui va aider le jeune Tassen à se canaliser. Il lui parle, l’aide, le conseille, sans vraiment se considérer comme un véritable proche. Tassen se méfie un peu, mais l’écoute quand même, sans véritablement faire mine de le considérer comme un proche. Une relation un peu étrange mais qui a son importance, et dont la présence de Gérard Depardieu rend essentielle.

A noter également une photographie du film spectaculaire. Entre les scènes difficiles de massacres, de guerre, d’affrontement, des paysages époustouflants, des vues à couper le souffle, comme un poumon d’air frais pour les personnages du film qui, de scène en scène, perdent des compagnons.

Un film à voir, même sans apprécier particulièrement les films de guerre. Il montre cette guerre d’Indochine, que de nos jours, bien peu ont connu, en lui incluant un côté humain. Sans lésiner sur les détails quotidiens de cette guerre terrible, les acteurs excellents (magnifique Gaspard Ulliel et brillant Guillaume Gouix) humanisent incroyablement le film.

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *