CABARET LOUISE

Spectacle de Régis Valchos
Actuellement au Théâtre Funambule de Montmartre 

 

Avec un descriptif aussi flou, on ne savait pas du tout à quoi s’attendre, à part qu’on y toucherait un peu la Commune, dans les années 1870 de Paris. Et nous n’avons pas été déçus par ce spectacle original et déjanté.

© Xavier Cantat

« En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L’Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale de Versailles. La nouvelle République, dirigée par l’ambigu Adolphe Thiers, semble donc fragile. C’est dans ces conditions qu’éclate, le 18 mars 1871, une insurrection dans la capitale. La « Commune » y est proclamée, mélange d’un républicanisme radical (les communards décrètent par exemple la séparation de l’Église et de l’État, la gratuité de l’enseignement) et des différentes tendances du socialisme français (Karl Marx suit ainsi avec intérêt les événements parisiens). La Commune prend fin brutalement lors de la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871, qui voit les troupes « versaillaises » écraser l’insurrection. Le bilan est de 25 000 morts. Le mouvement ouvrier français est décapité. Mais la Commune lui fournira, pour longtemps, une origine mythique, en même temps qu’elle accentuera la méfiance des socialistes envers la République. » ©Encyclopédie Universalis.

© Xavier Cantat

Petite remise à niveau historique indispensable pour se lancer dans ce spectacle, qui nous projette pile à cette époque, pour y suivre les idées de Louise Michel, institutrice, militante anarchiste, et figure féminine majeure de la Commune de Paris. Révolutionnaire engagée, elle se bat pour la liberté, les droits des femmes, l’éducation … Elle finira par être déportée en Nouvelle Calédonie.

Un spectacle à la fois drôle, instructif, met en scène deux personnages déjantés qui nous emportent dans le passé, le présent, historiquement et musicalement. Quelques piques dirigée vers la politique actuelle nous font sourire, mais c’est surtout l’ensemble du message qui nous touche.

Soyez le premier à partager cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *